Logo

Rencontres nationales ANDICAT

  • Par
  • Le Jeu 16 jan 2020
  • Commentaires (2)

Les 9 et 10 mars 2020 prochain se tiendront à Paris les rencontres nationales des directeurs et cadres d'établissements et services d'aide par le travail. J'ai l'honneur d'y être invité pour y parler de mon livreL'insertion professionnelle face au handicap psychique et mental (voir plus bas), publié en 2019 aux éditions L'Harmattan. Ces rencontres sont l'occasion d'évoquer les "repères d'aujourd'hui et de demain pour l'emploi des travailleurs handicapés ainsi que le rôle des ESAT".

Synopsis :

"Dans un contexte où les pouvoirs publics ne financent pas, depuis plusieurs années, de nouvelles places d'ESAT, le travail protégé n'est plus présenté comme un acteur de la politique d'emploi et une opposition est systématiquement faite entre l'inclusion et les structures spécialisées. La question des apports du travail protégé (économique, social, humain,...), des innovations et de leurs impacts sur la vie et les liens sociaux des travailleurs handicapés ne peut alors que se poser." 

J'espère y retrouver certains d'entre-vous et avoir l'occasion d'échanger sur ce thème.

 

handicap psychique actualité

Commentaires (2)

Blaise
  • 1. Blaise | Mar 10 mars 2020
Bonjour Ludovic
Merci pour cette intervention aux journées Andicat.
Je lirai avec intérêt votre livre.
Nous avons signé une convention de partenariat entre associations ste Agnes, Apf France handicap et Afiph emplois compétences pour créer une plateforme de service.
L’objectif sera d’aider les entreprises (pme pmi) à être plus inclusives.
Aussi de rendre plus lisible les dispositifs qui aides l’insertion des personnes handicapées au travail.
Nous avançons sur la vision de ce projet de plateforme.
Je prendrai contact avec vous d’ici quelques semaines pour échanger sur votre expérience.
Cordiales salutations
Hugues Blaise
Ludovic Laverlochere
  • Ludovic Laverlochere | Jeu 30 avr 2020
Bonjour, Merci pour votre commentaire. Je vous ai adressé une réponse par email. Bien cordialement, Ludovic Laverlochere

Ajouter un commentaire