Partenaire des décideurs et professionnels de l'action sociale et médico-sociale, des collectivités et des entreprises engagées en faveur de la diversité...

Encourager vos initiatives

en faveur de

 l'innovation sociale...

Accompagner vos changements

Co-construire

faire société

Guider vos choix stratégiques

garantir l'éthique de vos actions

Optimiser vos ressources

&

 vos process

Vous aider à mieux

appréhender votre environnement

"Vous avez des projets de développement de votre activité pour répondre à l'évolution de votre projet associatif, mais vous manquez de temps pour vous y consacrer pleinement ?"

 

"Vous avez besoin d'un diagnostic précis de votre environnement pour adapter vos dispositifs d'accompagnement des usagers aux évolutions sociales et législatives ?"

 

"La communication et le développement des usages numériques sont au coeur de vos préoccupations ?"

 

"Vous souhaitez développer votre réseau et saisir des opportunités de coopérations entre associations"

 

"Vous ambitionnez de saisir de nouvelles opportunités de partenariat avec les communes, l'intercommunalité ou bien votre Département?"

Quels enjeux pour le travail social ?

 

Le secteur social et médico-social traverse depuis quelques années une mutation profonde imposée par des évolutions sociales, sociétales et règlementaires de grande ampleur. Partie prenante d’un monde qui se transforme et s’accélère, il lui faut désormais s’adapter et intégrer des enjeux majeurs pour adapter au mieux ses modalités d’accompagnement des usagers en situation de fragilité.

Les enjeux du secteur social et médico-social [Janvier, 2018]1

  • Face aux menaces environnementales, la « fonction écologique des associations » semble formaliser une réponse collective qui invite à « faire société » pour la construction d’un avenir commun.

  •  Le traitement des inégalités de genre, en tant que rapport social de domination, invite "à ne laisser personne à l’écart des lieux de production de savoir, de partage des responsabilités et de participation à l’action". L’espace associatif prend de plus en plus la forme d'un lieu d’émancipation.

  • A l’échelle internationale, les crises politiques, écologiques, économiques, culturelles ou religieuses, provoquent une « dilution de la frontière entre travail social et action humanitaire » et l’émergence d’une « dictature de l’urgence » face à laquelle le « faire ensemble » doit impérativement « réhabiliter le temps long du compagnonnage »

  • La révolution numérique, bien qu’elle tende à démocratiser l’accès à une information globale dominante, laisse de côté, une part grandissante de la population  qui peine à en maitriser les flux et donc à accéder à une information spécialisée. Une autre catégorie de la population, plus fragile et minoritaire, n'y a, quant à elle, que rarement accès, que ce soit en tant que support d’information, interface, moyen de traitement ou espace d’action. De toute évidence, les travailleurs sociaux et les associations ont ici un rôle de « passeurs de connaissances » primordial à endosser.

  • Le vieillissement de la population provoque quant à lui une refonte des lignes de partage entre social/médico-social/sanitaire. La notion de santé, portée par l’OMS, prend tout son sens ici et convoque le travail social sur de nouveaux défis. Mais face à la baisse des fonds publiques en direction des associations, celles-ci se voient de plus en plus dans l’obligation de s’engager dans une « hybridation de leurs ressources ».

  • L’institution famille, de son côté, a profondément évoluée, et présente des formes de vie en famille diverses qui appellent à repenser les modalités d’accompagnement éducatives.

  • Le rapport au travail est modifié à travers l’ubérisation de la société, la pluralité des liens salariaux…. Il préfigure une société de loisir dans laquelle la notion de ressources doit être totallement repensée. « Si l’allocation de moyens de subsistance se socialise, les institutions du travail social perdront cette legitimité ». Et les tentations néo-libérale d’un État converti à cette doctrine pourrait engendrer « un clivage entre les insolvables et les clients, les premiers étant des administrés bénéficiant d’une prestation publique minimaliste, et les seconds étant des consommateurs imposant leurs choix sur un marché de l’aide totalement marchandisé ».

Ces enjeux imposent au secteur social et médico-social d'adapter ses moyens d'accompagnement des usagers. C'est aussi le cas en ce qui concerne la notion de parcours de vie qui impose au secteur médico-social, sanitaire mais aussi éducatif une transformation necessaire et profonde. Elle implique aussi la mise en oeuvre de dispositifs innovants en matière d'éducation thérapeutique, d'inclusion scolaire et périscolaire, mais aussi de soutien à la parentalité pour les familles les plus vulnérables. Le concept de parcours irrigue actuellement le secteur médico-social, il présume de décloisonner l’accompagnement parfois morcelé des personnes en assurant une continuité du suivi entre les secteurs de la prévention, sanitaire, social, et médico-social notamment, entre les différents âges de la vie et entre le domicile et les établissements. Or, les personnes concernés au premier rang par l'édification de leur propre parcours n’ont que rarement le droit à la parole. Les parcours sont construits de façon ineluctable, et les usagers passent alors d’un etablissement à un autre. L’enjeu, ici, est d’accompagner les personnes en difficultés ou qui ont du mal à exprimer leur projet, et de développer les pratiques innovantes.

L'innovation, cela dit, ne doit pas être une mode mais une necessité. Elle ne doit pas être une fin en soi, mais un moyen pour répondre à des préoccupations éducatives et d'accompagnement dans l'entreprise. L'objectif doit être défini et clair pour que les personnes accompagnées aient à leur disposition les réponses qu'elles attendent. L'innovation ne doit pas être reservée à quelques-uns. Elle s'adresse et doit profiter à toute la société. Elle ne doit pas être une charge mais un investissement pour un meilleur retour social de la personne accompagnée. Il est donc préférable de preparer maintenant que de reparer après. L'inovation, enfin,  est un choix politique qui doit être portée politiquement.

Le défi des établissements sociaux et médico-sociaux consiste aujourd'hui à évoluer vers un nouveau modèle d’organisation, fait d’impératifs managériaux et financiers, sans renier l’engagement et la qualité de prestations qui forgent leur identité.

 

 

1 Roland Janvier, Les enjeux de l’évolution du travail social, 2018